www.philatelistes.net - Les pigeongrammes : La poste par pigeon pendant le siège de Paris
PHILA-ECHANGE
Ce site à pour but de regrouper le plus possible de philatélistes pour un maximum d'échanges de timbres de tous les pays du mondes (France, Allemagne, Canada, Belgique...)grace à son forum mais aussi de voir les timbres de France classés par année et par type

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Actualité
Actualité

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Histoire postale

Début d'un mot :


La guerre de 1870
La Commune
Gazette des absents
Ballons montés
Pigeongrammes
Papillons de Metz
Pneumatiques
Boules de moulins
Chroniques
Merson

Pigeongrammes

Introduction
Guerre de 1870
La Poste 1870
L'Espérance
les pigeons
Les pigeongrammes
Procédé Dagron
Retour des pigeons
Lecture
Dépêches-réponses
fac-similés
Galerie
Dagron
histoire postale

Les pigeongrammes : La poste par pigeon pendant le siège de Paris


Introduction
La guerre de 1870
L'organisation des Postes et télégraphes
Le Club l'Espérance
Le recrutement des pigeons
Le retour des pigeons
Pigeongrammes de Tours
Dagron et la microphotographie
Dépêches-réponses
Pigeongrammes de Dagron
La restitution des dépêches
fac-similés de Dagron
Galerie de pigeongrammes
Décryptage d'un pigeongramme
Index des noms cités
Sources bibliographiques
Liens


«La revue colombophile» - janvier 1893

La poste, par pigeon pendant le siège de Paris

Comme suite à la biographie de M. Derouard, voici, sur l'organisation de la poste par pigeons pendant le siège de Paris, quelques notes qui se rattachent à la noble mission qu'ont si bien remplie l'honorable président de la Fédération de la Seine et les colombophiles parisiens. Nous l'empruntons à un intéressant tableau édité par M. A. Brissonnet de Paris.

Avant l'investissement de Paris, 1100 pigeons voyageurs furent confiés à M. Casimir Derodde, par les sociétés colombophiles de Tourcoing et de Roubaix, qui les remit au muséum d'histoire naturelle qui les lâcha successivement, avant l'installation des ballons, et qui portèrent des dépêches dans les villes du nord de la France. Le 14 septembre, M. Eugène Delâtre, préfet de la Mayenne, avait expédié au gouvernement 35 pigeons voyageurs, fournis par les habitants de Laval, qu'on lâcha successivement pendant la première quinzaine de septembre.

Il existait à Paris, bien avant la guerre, une société colombophile, la société l'Espérance. Quand les premiers ballons du siège s'élevèrent dans les airs, les membres de cette sociétés songèrent a leurs pigeons. «Les ballons s'envolent, disaient-ils, mais qui nous donnera de leurs nouvelles ? Qu'ils enlèvent avec eux nos pigeons ; ceux ci se chargeront bien de revenir.» Le 25 septembre, 3 pigeons, appartenant à M. Van Roosebecke, vice président, partaient dans le ballon Ville de Florence ; six heures après ils étaient revenus à Paris avec une dépêche signée de l'aéronaute Gabriel Mangin, qui annonçait sa descente près de Mantes : la poste par pigeon était créée. 363 pigeons, appartenant :

62 à
Prosper Derouard
21 à
Bègue
14 à
Pichon
4 à
Vandenleuvel
52 à
Cassiers
20 à
Laurent
12 à
Tétart
4 à
Seambaert
32 à
Van Roosebecke
19 à
Balmy
11 à
Caillat
3 à
Peters
27 à
Nobécourt
18 à
Vauris
11 à
Deshayes
2 à
Bocheron
24 à
Traclet
18 à
Goyet
7 à
Perjeaux
2 à
Janody


Ont été emportés de Paris en ballon et furent lancés de Dreux, Tours, Montdidier, Roye, Blois, Vendôme, Jossigny, Orléans, Nogent-le-Rotrou, Gournay, le Havre, Saint Pierre-des-Corps, Châtellerault, les Ormes et Poitiers.
4 sont rentrés en septembre, 18 en octobre, 17 en novembre, 12 en décembre, 3 en janvier et 3 en février, total : 57. Le froid intense qui paralysait les pigeons et la neige qui couvrait la terre, ont créé de sérieuses difficultés pour leur retour.  95 000 à 10 000 dépêches ont été envoyées à Paris avant l'Armistice. Chaque pellicule était la reproduction de 12 à 16 pages in-folio d'imprimerie, contenant en moyenne 3 000 dépêches. La légèreté de ces pellicules a permis à l'administration d'en mettre sur un seul pigeon jusqu'à 18 exemplaires, donnant un total de plus de 50000 dépêches, pesant ensemble un demi gramme. Les 115000 dépêches officielles et privées, faite par M. Dagron, pendant l'investissement de Paris, pesaient en tout un gramme. On roulait les pellicule dans un tuyau de plume, qu'on attachait à la queue du pigeon. Lorsque rien n'entravait le vol de ces intéressants messagers, la rapidité de la correspondance était vraiment merveilleuse ; en voici un exemple : Le 18 janvier, M. Dagron demanda, par pigeon, du coton azotique à MM. Poulenc et Vitmann, à Paris. Le 24 janvier, les produits étaient rendus dans ses ateliers à Bordeaux, le pigeon n'avait mis que 12 heures pour franchir l'espace de Poitiers à Paris ; la télégraphie ordinaire et le chemin de fer n'eussent pas mieux fait.
Il est parti de Paris 66 ballons, emportant 168 personnes, 10 194 kilogrammes de lettres ou bien 3 000 000 de lettres, 363 pigeons et 5 chiens, chargés de rentrer à Paris avec dépêches et deux caisses de dynamite.
52 ballons tombèrent en France, 5 en Belgique, 4 en Hollande, 2 en Prusse, 1 en Norvège ; 2 ont été perdus en mer ; 18 tombèrent dans les lignes ennemies, dont 5 furent faits prisonniers.

(Document aimablement fourni par Jean-Marie Derouard). 

Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques