www.philatelistes.net - Charles Baudelaire : Une Charogne
Philatlemcen : l'enveloppe 1er jour, plus qu'un timbre
Un blog très intéressant sur diverses enveloppes "Premier Jour" du monde entier. Toutes décrites avec beaucoup de détails : un moment très agréable pour découvrir les FDC.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Actualité
Actualité

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Charles Baudelaire : Une Charogne



(1821 - 1867)
Une Charogne
Spleen
Harmonie
Le Voyage
Moesta et errabunda
Les bijoux
Recueillement
Remords posthume
Poètes

Rappelez-vous l'objet que nous vmes, mon me,
Ce beau matin d't si doux :
Au dtour d'un sentier une charogne infame
Sur un lit sem de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une facon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire point,
Et de rendre au centuple la grande nature
Tout ce qu'ensemble elle avait joint ;

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s'panouir.
La puanteur etait si forte, que sur l'herbe
Vous crtes vous vanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D'ou sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un pais liquide
Le long de ces vivants haillons.

Tout cela descendait, montait comme une vague,
Ou s'lancait en ptillant ;
On et dit que le corps, enfl d'un souffle vague,
Vivait en se multipliant.

Et ce monde rendait une trange musique,
Comme l'eau courante et le vent,
Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
Agite et tourne dans son van.

Les formes s'effaaient et n'taient plus qu'un rve,
Une bauche lente venir,
Sur la toile oublie, et que l'artiste achve
Seulement par le souvenir.

Derrire les rochers une chienne inquiete
Nous regardait d'un oeil fch,
Epiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu'elle avait lach.

Et poutant vous serez semblable cette ordure,
A cette horrible infection,
Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion !

Oui ! telle vous serez, reine des grces,
Apres les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses.
Moisir parmi les ossements.

Alors, ma beau! dites la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gard la forme et l'essence divine
De mes amours dcomposes !


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques