www.philatelistes.net - Luc-Olivier Merson : Luc-Olivier Merson et la critique
Votre boutique philatélique en ligne!
Philantologie vous propose tous ceux dont pour votre passion philatélique. Timbres de France, colonies, monde entier avec des lots à prix nets selon arrivages. Des milliers de pochettes par pays et thématiques. Des fortes remises sur le matériels de collections toutes marques!
Philatélie... c'est Philantologie!!!

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Luc-Olivier Merson : Luc-Olivier Merson et la critique


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

Petits portraits d'artistes, Gustave Larroumet

Une critique élogieuse du peintre.

Sur le timbre

Françon et Storch rapportent la critique suivante :
"la jeune femme ressemble à une blanchisseuse aux bras puissants et à la taille épaisse, découragée devant un énorme paquet de linge sale". On a également reproché à la femme représentée sur le dessin "d'avoir une tête trop petite par rapport à son corps", l'écusson de la valeur a été comparé a "un cerf-volant accroché aux branches de l'olivier ou a une grosse marmite". Ces émissions philatéliques de 1900 (Blanc, Mouchon, Merson) feront même l'objet d'une intervention du Député Bouctot, le 21 décembre de la même année au Palais Bourbon; l'honorable parlementaire trouvait que ces "timbres n'étaient pas jolis". Le Sous-Secrétaire d'Etat aux Postes et Télégraphes, Monsieur Mougeot lui répondra que "c'était une affaire d'appréciation".

Carte postale Salon de la Marine 3 Juillet 1943

Carte postale su Salon de la marine 1943
Carte postale du salon de la Marine,
du 4 juin au 3 juillet 1943
Muse de La Marine
Palais de Chaillot
Les timbres caricaturs par "Ludovic-Rodo."



Arthur MAURY

(in : Le Collectionneur de timbres-poste, No 249, Décembre 1900 page 372)
"j'aime moins le grand timbre de Luc-Olivier Merson qui est absolument banal"..."Le timbre de M. Luc-Olivier Merson serait également symbolique : la déesse représente la France armée et les nombreuses branches d'olivier sont une allusion à la Paix. Allons, ce n'est pas encore la série de timbres rêvée. Ce qu'ils ont de lamentable, c'est leur impression ; pourquoi ces nuances indécises, fanées?"

l'Echo de la Timbrologie :

(No 191 du 15 Décembre 1900, page 545)
"la composition de M. Mouchon pourrait à la rigueur être tolérable, mais celles de MM. Blanc et Luc-Olivier Merson ne représentent qu'un fouillis malheureux dont aucune idée ne se dégage et dont les détails mêmes sont difficiles à saisir, au milieu de l'incohérence du sujet..."Nous nous attendions bien à quelque chose de laid mais, franchement, nous ne pensions pas qu'on irait aussi loin dans le mauvais goût". André Hallays, le critique d'art du journal "Les Débats", note qu'au premier coup d'oeil on reconnait la manière délicate de L.O.M. et sa science de l'ornementation. L'attitude de la figure allégorique est simple et élégante. La combinaison des feuillages et des inscriptions est ingénieuse. Merson a gâté comme à plaisir cette jolie vignette : au beau milieu s'étale une tache, une véritable tache qu'on croirait déposée là par le doigt d'un postier malpropre. Le timbre est gravé en deux couleurs, sans doute pour rendre les contre-façons plus difficiles. Mais il eût encore fallu que la seconde nuance couvrît tout le fond de la composition; or, certaines parties n'ont pas encore été coloriées et sont restées blanches. Cela forme un décor incohérent, déplaisant, inexplicable. Nos anciens timbres valaient décidément mieux que les nouveaux. Le dessin en était plus net et plus franc, la gravure en était plus vigoureuse. Etait-ce bien la peine de changer d'allégorie?".
Une autre critique rapportée par Joël PEROCHEAU dans livre Autour de Luc-Olivier Merson (cf. Crédits) précise que "le dessin est signé L.O.M., un des plus grands noms de l'art français contemporain (ce qui prouve qu'on peut être un grand artiste et ne pas savoir faire un timbre-poste").

Emile Cohl

La grande revue des peintres par le Général Boulanger
"La Caricature" No 386 - 21 Mai 1887
dessin d'Emile Cohl
Luc-Olivier Merson , pieds nus, défile avec le Sphinx du Le repos pendant la fuite en Egypte, 1879 sous le bras gauche

Alfred Jarry



Ordre de la Gidouille

De nombreuses fautes d'impression se sont glissées dans notre liste de promotions et nominations parue au Journal Officiel du 15 décembre.
On trouvera ci-dessous ces erreurs resctifiées en ce qui concerne les grades de quelque importance (grand-croix, grands-oufficiers, commandeurs, oufficiers):

Sont promus ou nommés dans l'ordre de la Gidouille à l'occasion de l'Exposition:

MINISTERE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE ET DES BIZ_ART.

Grand-croix

  • M. Bonnard, peintre, membre de l'Institut.

Grands-oufficiers

  • Bully-Prodhomme, de l'Académie française.
  • Brouordel, doyen de la Faculté de médecine de Paris
  • Mercier, sculpteur sur consciences.
  • Massepet, compositeur de musique
  • Chantard, collectionneur

Commandeurs

  • Gaudry d'Asson, professeur au Muséum.
  • Limande, professeur à la Faculté des sciences.
  • Ruoltz, doyen de la Faculté des sciences de Grenoble.
  • Ramier, directeur de l'enseignement secondaire.
  • Daumier, architecte.
  • Benjamin-Costot, peintre.
  • Jean-Charles Cazals, peintre.
  • Croty, graveur en médailles.

Oufficiers

  • Borné, membre de l'Académie des sciences.
  • Bitte, professeur à la Faculté de sciences de Paris.
  • Loreiller, professeur à la Faculté de droit de Paris.
  • Vital de la Blague, professeur à la Faculté des lettres.
  • Gerdin, maître de conférence à l'Ecole normale.
  • Gruyere, directeur de l'Observatoire de Besançon.
  • De Saint-Arromanche, chef de bureau au ministère.
  • Galibier, pofesseur d'Histoire au lycée Condorcet.
  • Camille Lemonnier, professeur d'histoire à l'école de Sèvres.
  • Machin, professeur au lycée Louis-le-Grand.
  • Machemiel, directeur de l'enseignement public à Tunis.
  • Sternutat, consul de France à Nagasaki.
  • Luc-Olivier Merdon, Amoros, Raoul-Carle Vernet, sculpteurs.
  • Gaston Raymond, Lapoux, architectes.
  • Achille Jacquemar, graveur.
  • Loncle, compositeur de musique.
  • Taflanel, compositeur à l'Opéra.
  • Catulle Mendès, Emile Bergeret, Emile Couhillon, hommes de lettres.
  • Paul Fumisty, directeur de l'Odéon.
  • Leopold Lidoire, chef de bureau au cabinet de ministre.




Le salon de 1875 vu par Emile Zola


« L'exposition annuelle de tableaux Paris s'est ouverte le 1er mai au palais de l'Industrie, sur les Champs-lyses. Les premires expositions de cette sorte en France eurent lieu sous Louis XIV et primitivement elles se renouvelaient des intervalles irrguliers et espacs, tous les sept ou huit ans ; ce n'est que tout rcemment que la possibilit a t donne aux artistes d'exposer chaque anne leurs oeuvres. Cette mesure est excellente sans doute, l'exposition devient souvent un vritable bazar, mais le bnfice en est si grand pour tout le monde qu'on serait malvenu dplorer la bousculade qui en rsulte.
(...)  Je dsire signaler ici un autre groupe de peintres, les symbolistes, dont les ides compliques exigent tout un travail de tte avant qu'on les comprenne. Cette race d'artistes a la vie dure. M. Merson envoie chaque anne des compositions nigmatiques, devant lesquelles la foule fait halte avec la mine bahie d'un instituteur de village qui on soumettrait un texte gyptien. Cette anne son tableau est intitul : Le Sacrifice la patrie. Cela reprsente un jeune homme, ple et joli comme une jeune fille, tendu mort sur une espce d'autel ; une femme, ce doit tre la mre, pleure en se tordant les mains, pendant que de grandes figures d'anges symbolisant sans doute l'hrosme, le dvouement ou quelque chose de semblable, planent dans le fond. Tout ceci est peint en je ne sais quelles couleurs blanchtres, je ne sais quels tons transparents grce quoi le tableau fait penser une colossale image de paroissien. Rien de plus froid, de plus cadavreux, de plus intolrable dans ses prtentions au sublime ! (...) »

Emile Zola. Une Exposition de tableaux Paris, le "Messager de l'Europe". juin 1875.

L'Art Moderne de Joris-Karl HUYSMANS(G. Crès, 1929)

LE SALON DE 1879 - CHAP III

La peinture religieuse patauge dans l'ornière depuis des siècles. Ecartons les peintures murales exécutées par Delacroix, à Saint-sulpice, et nous ne trouverons qu' une précise formule scrupuleusement respectée par tous les batteurs de saint-chrême. La peinture religieuse actuelle égale en banalité la peinture byzantine. étant présenté un moule convenu, on le remplit suivant le procédé du Raphaël byzantin Manuel Panselinos, ou suivant celui de Paul Delaroche, d' Ingres, Flandrin and Co. On coule plus ou moins bien, il y a plus ou moins de bavochures, et c' est tout. Aussi ne m' étendrai-je pas sur les toiles de Mm. Merle, Matout, Papin et autres : tout au plus signalerai-je la Vierge aux sphinx et le Jésus à la mayonnaise de M. Merson, une autre ennuyeuse machine du même peintre, un Saint-louis de M. Ponsant exécutant un " avant-deux, balancez vos dames " , avec un cadavre très avancé comme pourriture, et je ferai halte simplement devant le triptyque de M. Duez, le Saint Guthbert. M. Duez, qui avait peint jusqu' à ce jour des scènes modernes, s' est essayé dans le genre religieux. Il a passé pour cela par Gand et par Bruges. N' eût-il pas mieux valu essayer quelque chose de neuf plutôt que de chausser les souliers des Van Eyck et des Memling ? Je le pense ; mais enfin, j' ai bien envie d' excuser M. Duez, car il y a dans sa toile une tentative ; à la raideur et à la peinture lisse des primitifs il a voulu ajouter une exécution plus moderne, plus large. Et puis son triptyque a l' air d' être solidement peint ; le paysage est joli ; l' enfant qui tend les bras, le saint étolé et mitré, sont presque décidément campés. Passons donc sur cet anachronisme sans doute motivé par un désir de médaille ou de commande ; mais, de grâce ! Que M. Duez revienne bien vite aux jolies parisiennes dont il a parfois rendu les élégances !


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques