www.philatelistes.net - Luc-Olivier Merson : L'Affaire MERSON
Le Supersonique Concorde sur les Timbres du Monde
Le Supersonique Concorde représenté sur les Timbres Poste du Monde et Oblitérations Temporaires. Petite histoire de l'Aviation en compagnie de précurseurs célèbres tels Ader, Blériot, Lindbergh, etc...

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Luc-Olivier Merson : L'Affaire MERSON


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

Les collectionneurs de billets connaissent bien cette histoire qui fut à l'origine de la suppression des noms des graveurs et dessinateurs sur les billets émis par la Banque de France.

Luc-Olivier Merson- le billet de 50F
Luc-Olivier Merson-tudes prparatoires pour le billet de 50F

Luc-Olivier Merson-tudes prparatoires pour le billet de 50FLe billet de 50 F
et
deux tudes prparatoires
Tirage : 400 Millions d'exemplaires
Luc-Olivier Merson- Le billet de100 F
Le billet de100 F
Tirage : 700 millions d'exemplaires
Je sais tout : Luc-Olivier Merson- le nouveau billet de cent francs
(129 Ko format pdf)
Je sais tout
15 novembre-15 dcembre 1909
«LE NOUVEAU BILLET DE CENT FRANCS. Depuis le 5 janvier 1910, nous avons un nouveau billet de cent francs. Il est multicolore et non plus bleu comme son prdcesseur. C'est, de plus, recto et verso, une oeuvre d'art signe du nom du matre peintre Luc-Olivier Merson. Il a t grav par le clbre graveur Romagnol. Il faut fliciter la Banque de France de ces missions si artistiques.

M. LUC-OLIVIER MERSON, L'AUTEUR DU NOUVEAU BILLET DE BANQUE. _ Luc-Olivier Merson, n Paris en 1846, prix de Rome en 1869, mdaille de 1re clase en 1873, mdaille d'or en 1889, et l'auteur de la Musique et la Posie, dcoration de l'escalier de gauche de l'Opra-Comique, d'une dcoration d'escalier l'Hotel de Ville et de nombreuses dcorations d'glises. Son art unit l'exactitude la posie. Ses illustrations des Trophes, de Notre-Dame de Paris et de Saint-Julien l'Hospitalier sont des chefs-d'oeuvre. Il est membre de l'Institut et professeur l'Ecole des Beaux-Arts.»



Mis en circulation en 1927, le billet de 50 F fit l'objet d'une vive polémique entre le Gouverneur de la B.d. F. et les héritiers Merson.
Dès le mois de Janvier 1928, Madeleine, la fille du peintre demande d'interrompre l'émission de ce billet dont elle juge la reproduction défectueuse qui dénature l'oeuvre initiale de son père ("odieusement massacrée par la gravure et l'impression" dira-t-elle).
Luc-Olivier en examinant les premiers tirages avait, de son vivant, exigé que le billet ne soit pas émis, mais la Banque de France, à la mort de l'artiste, considérant que le paiement à L-O. M. des 30 000 F la rendait propriétaire de l'oeuvre, avait passé outre ses volontés.
Commence alors un débat passionnant sur les droits "moraux" de l'auteur d'une oeuvre qui perdurent même après la cession de l'oeuvre. Débat que connaissent bien les philatélistes, puisqu'il a donné lieu également à un procès plus récent dans lequel La Poste fut condamnée pour avoir dénaturé un portrait dans une série des personnages illustres
En 1928, Madeleine Merson saisit la commission de la Propriété Artistique de la Société des Artistes Français.
Malgré plusieurs tentatives de conciliations amiables, les héritiers n'obtiendront pas satisfaction et se verront contraints d'assigner en référé la B; d. F.
La Presse nationale (le Figaro, les Nouvelles Littéraires, La Liberté) s'empare du sujet avec des appréciations plus ou moins flatteuses sur l'oeuvre du Maître selon les chroniqueurs.
Un premier jugement le 28 Mai 1930 ordonne le retrait du billet et condamne la Banque de France à verser 1 F de dommages-intérêts aux Merson. Ceux-ci ayant réduit de 100 000 à 1 F leurs prétentions pour demander une condamnation morale.
La Banque de France fit appel du jugement, mais le 12 mars 1936, la Cour d'Appel de Paris confirma le premier jugement.
Ces billets, par leurs nuances délicates, leur charme, ont aujourd'hui les faveurs des collectionneurs du Monde entier, leurs très forts tirages (400 millions de billets de 50 F, 700 millions pour les 100 F) comptent aujourd'hui parmi les plus beaux que la Banque de France ait pu réaliser.

Quelques attendus du jugement du 28 Mai 1930 :

"Attendu que les héritiers de l'artiste soutenant que la reproduction en serait à ce point défectueuse, qu'un grave préjudice moral en aurait résulté pour la réputation de Luc-Olivier Merson., ont assigné la Banque de France en résolution des conventions relatives au billet de 50 francs, en restitution des modèles, clichés et galvanos, en cessation de l'impression du billet et en allocation d'une somme de 100.000 francs à titre de dommages-intérêts...
Attendu qu'en outre, ils demandent qu'il leur soit donné acte de ce que poursuivant, avant tout, une réparation morale, ils réduisent à 1 franc le montant des dommages-intérêts par eux réclamés...
L'oeuvre d'art n'est que l'accessoire ou le moyen, au rebours de ce qu'on peut considérer lorsqu'il s'agit de la reproduction ordinaire d'un tableau par la gravure. Il faut aller plus loin. L'oeuvre d'art n'a pas ici d'existence propre et indépendante du billet projeté...
Et attendu que la commande verbale faite à Luc-Olivier Merson. de trois maquettes au prix élevé de 30.000 francs chaque, a été faite sans aucune réserve...
Attendu qu'il s'agit en l'espèce non d'une inexécution totale de l'obligation qui consistait à verser un Prix contre la cession d'un droit de reproduction mais dans une exécution fautive de la reproduction. Attendu que les tribunaux sont investis en pareil cas du droit d'interpréter la commune intention des parties ...

PAR CES MOTIFS
Donne acte aux consorts Luc-Olivier Merson. que par leurs conclusions très subsidiaires, ils ont réduits à 1 franc leur demande de dommages-intérêts,
Dit n'y avoir lieu à prononcer la résolution du contrat intervenu entre Luc-Olivier Merson. et la Banque de France pour la reproduction de la maquette du billet de 50 francs émis par la Banque, l'inexécution du contrat n'ayant été que partielle. Condamne la Banque de France à payer aux demandeurs'. la somme de 1 franc à titre de dommages-intérêts, en réparation du préjudice moral causé à la réputation de Luc-Olivier Merson par une reproduction défectueuse de son oeuvre.
Dit que sur tous les billets de 50 francs portant une date postérieure à celle du présent jugement, la Banque de France devra supprimer la signature Luc-Olivier Merson., toute contravention dûment constatée à cette défense étant réprimée par une astreinte de 10 francs pendant un mois passé, lequel délai, il sera fait droit.
Dit n'y avoir lieu à ordonner la cessation de l'impression du billet de 50 francs ni la restitution de toutes peintures, clichés ou galvanos.
Condamne la Banque de France en tous les dépens dont distraction au profit de Danet, avoué qui l'a requise aux offres de droit" . 

Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques