www.philatelistes.net - Les Ballons Montés
Le Supersonique Concorde sur les Timbres du Monde
Le Supersonique Concorde représenté sur les Timbres Poste du Monde et Oblitérations Temporaires. Petite histoire de l'Aviation en compagnie de précurseurs célèbres tels Ader, Blériot, Lindbergh, etc...

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Histoire postale

Début d'un mot :


La guerre de 1870
La Commune
Gazette des absents
Ballons montés
Pigeongrammes
Papillons de Metz
Pneumatiques
Boules de moulins
Chroniques
Merson

Les Ballons Montés


La guerre de 1870
Introduction aux ballons montés
Fiches détaillées des ballons
Les Affranchissements
Les Aéronautes
Les tentatives de retour sur Paris
Le projet de Dupuy de Lhome
Documents sur les ballons montés
Les ballons naufragés
Les ballons prisonniers
Les cartes-poste
Le Décret du 27 septembre 1870
Images de ballons montés


Ballon N° 18 : « Le Montgolfier »
Caractéristiques Volume : 2045 m³
Fabricant : Cliquez ici pour plus de détails sur le constructeur Famille Godard
Aéronaute : Séné Hervé
Date de départ Mardi 25 Octobre 1870 (37 ème jour du Siège)
Lieu de départ Gare d'Orléans
Heure de départ 8h30
Date d'arrivée 25 Octobre 1870
Lieu d'arrivée
Capturé par les Prussiens à Heiligenberg (Alsace-Lorraine)
Heure d'arrivée 11h40
Durée du vol 3h10
Kilomètres parcourus 503 km
Passagers Lapierre, Le Bouedec
Histoire (Extrait de la Revue ICARE n° 56 - HIVER-PRINTEMPS PS 1971) :
25 octobre 1870 Ballon n°17 LE MONTGOLFIER
Le gouvernement ayant désigné le commandant Joseph-Marie Le Bouédec et le colonel Delapierre pour prendre un commandement en province, ceux-ci empruntèrent le Montgolfier qui s'éleva de la gare d'Orléans, le 25 octobre à 8 h 30 du matin. piloté par Hervé Sané marin gabier détaché du fort de Bicêtre.
Le chargement postal comprenait cinq sacs postaux pesant en tout 220 kg et deux pigeons.
Le Bouëdec raconte : « pendant environ trente minutes, la direction du vent varia. A 9 heures, elle était franchement ouest-est. Le temps était couvert, les nuages bas. A11 heures, pensant me trouver une distance assez éloignée de Paris je donnai l'ordre de descendre. Bientôt j'eus devant moi une vaste plaine, avec quelques villages dans la direction de l'est. A 300 m environ de terre, j'allais donner l'ordre de lâcher le guide-rope sur un village — (qu'on sut plus tard être Nixéville situé à 12 km au sud-ouest de Verdun) — au-dessus duquel allait passer le ballon lorsqu'une vive fusillade partit de ce village Des cavaliers se mirent à notre poursuite. Plusieurs balles frappèrent le ballon mais aucune ne toucha la nacelle.
« N'ayant plus de lest, je fis couper un précieux sac de dépêches. Le ballon descendant toujours, j'en fis couper un second.
« Immédiatement, le ballon allégé d'un poids d'environ 150 Kg une rapidité monte avec une rapidité vertigineuse, le baromètre anémomètre cesse de fonctionner et pendant quarante minutes, nous souffrîmes d'un froid tellement intense que nous ne pouvions plus nous entendre parler et que nos oreilles semblaient près d'éclater.
« Un tourbillon de neige et de vent nous enleva comme une plume et, réellement, nous crûmes que notre dernière heure avait sonné. A midi et quart, je tentai une deuxième descente. Le vent s'amollit peu à peu et bientôt nous jetâmes le câble sur un petit village dont les habitants, maire et curé en tête, se portèrent immédiatement à notre secours.
« Dès qu'ils eurent saisi le câble, l'ancre fut lancée ; elle s'accrocha fortement et notre descente s'opéra sans accident fâcheux. Nous étions à proximité de Heiligenberg, petit village du Bas-Rhin situé à 9 km de Molsheim et à 365 km de Paris à vol d'oiseau.
« J'appris qu'à 5 km de là, le village de Mutzig était occupé par cinq cents Prussiens. Je pris les mesures les plus pressantes pour dégonfler le ballon, le renfermer dans la nacelle et transporter le tout dans les vignes.
« En même temps, les habitants de Heiligenberg nous apportaient des habits de paysan, cachaient les sacs de dépêches, nos armes, nos uniformes, et à 1 heure de 1'après-midi, conduits par un guide, nous entrions dans la forêt au moment où les Prussiens se présentaient à l'entrée du village pour y perquisitionner. »
Par Rothlach, Breetenau, Rombach, Sainte-Marie aux Mines, Saint-Dié, Gerbefalh et Martinprey, les passagers du Montgolfier arrivaient à Gérardmer le 27 octobre à 2 heures du matin, toujours dans la tempête.
« J'ai dû laisser à Gérardmer le colonel de La Pierre, note encore Le Bédouec. Il était blessé depuis deux jours, la marche lui étant devenue impossible. Malgré tout son courage, il a dû céder élevant la souffrance. Je quittai Gérardmer à 8 heures du matin, le jeudi 27 octobre. J'arrivai à Lahesse a 10 heures. Je passai ensuite à Cornimont à Léthillot pour arriver à Saint-Maurice à 5 heures du soir. « De là je traversai le Ballon d'Alsace pour arriver à Giromagny à 9 h 30 du soir. Là je trouvai les premiers postes français. Je respirai à l'aise. I.es dépêches du gouvernement que je portais sur moi étaient intactes. J’étais sûr maintenant de remplir ma mission.
« J'estime avoir lait à pied par les montagnes, et en temps horrible, 160 km de Heiligenberg à Giromagny du mardi 25octobre, à 2 heures du soir, au Jeudi 27 à 9 h 30 du soir.
« J'arrivai le lundi 31 octobre à Tours, toujours accompagné du gabier Hervé Sané qui a toujours été d'un dévouement et d'une activité vraiment méritants. »
L'ennemi avait pu découvrir les trois sacs de dépêches que l'on avait cachés dans la forêt, enfouis sous fie grosses pierres. Ils furent envoyés à l' état-major à Versailles où les correspondances furent examinées.
P. M.
Documents
Hervé Séné
Hervé Séné
pli commémoratif (25/10/1970) pour fêter le centenaire de l atterrissage du Montgolfier à Heiligenberg. Facsimilé de 2 pages  de la Gazette des Absents (cf les plis transportés)
pli commémoratif (25/10/1970) pour fêter le centenaire de l'atterrissage du Montgolfier à Heiligenberg. Facsimilé de 2 pages de la Gazette des Absents (cf les plis transportés)
Nbre de pigeons 2 pigeons  Plus d'infos sur les pigeongrammes (Plus d'infos sur les pigeongrammes)
Plis transportés Cachets de départ : du 22 au 23 octobre.
Cachet d'arrivée : Pas de cachet.

Plis confiés:

  • Convoyeur Pontarlier (30 octobre)
  • Ambulant Sud-Ouest(31 octobre)

Journaux-lettres :


(Soit 390 kg de courrier)
Exemples
Courrier de NIXEVILLE. 20c LAURE Oblitéré Losange Grands Chiffres GC4290 sur lettre sur cachet à date de VINCENNES du 24 octobre 70 à destination de la VIENNE. Arrivée le 4 novembre 70.
Courrier de NIXEVILLE. 20c LAURE Oblitéré Losange Grands Chiffres GC4290 sur lettre sur cachet à date de VINCENNES du 24 octobre 70 à destination de la VIENNE. Arrivée le 4 novembre 70.
20c LAURE sur formule imprimée frappée du cachet à date de PARIS du 24 octobre 70 à destination de l YONNE. Arrivée le 5 novembre 70.
20c LAURE sur formule imprimée frappée du cachet à date de PARIS du 24 octobre 70 à destination de l'YONNE. Arrivée le 5 novembre 70.


Pascal Behr Un grand merci à Pascal Behr (www.behr.fr) pour les exemples de plis illustrant les fiches techniques.


Rechercher     

Sources : 


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques