www.philatelistes.net - Les Ballons Montés
amicale philatélique du Riberal
Le but de notre amicale créée en 1989 est en premier la philatélie, mais nos statuts prévoient l'ouverture à toutes les

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Actualité
Actualité

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Histoire postale

Début d'un mot :


La guerre de 1870
La Commune
Gazette des absents
Ballons montés
Pigeongrammes
Papillons de Metz
Pneumatiques
Boules de moulins
Chroniques
Merson

Les Ballons Montés


La guerre de 1870
Introduction aux ballons montés
Fiches détaillées des ballons
Les Affranchissements
Les Aéronautes
Les tentatives de retour sur Paris
Le projet de Dupuy de Lhome
Documents sur les ballons montés
Les ballons naufragés
Les ballons prisonniers
Les cartes-poste
Le Décret du 27 septembre 1870
Images de ballons montés


Ballon N° -- : « La Liberté »
Caractéristiques Volume : 5000 m³
Date de départ Lundi 17 Octobre 1870 (29 ème jour du Siège)
Lieu de départ Usine de la Villette
Heure de départ 10h
Date d'arrivée 17 Octobre 1870
Lieu d'arrivée
Le Bourget (Seine Saint-Denis)
Kilomètres parcourus 11 km
Histoire Le plus gros ballon jamais construit. C'était le ballon captif de Giffard, rebaptisé du nom du journal de Girardin La Liberté. Emporté par la violence du vent, il échappe aux aéronautes et s'échoue au Bourget.


« Le ballon La liberté a vraiment du malheur. Depuis plusieurs jours déjà, cet aérostat ne pouvait pas partir. Aujourd'hui tout est prêt : les voitures de la poste avaient apporté les dépêches; les pigeons allaient être embarqués. M. Le Vicomte de Lapierre, en uniforme de lieutenant­colonel de Mobiles, allait s'embarquer pour sa mission.
Wilfrid de Fonvielle surveillait tous les apprêts devant une foule de curieux accourus de toutes parts pour assister au départ de l'aérostat.
Les difficultés se multipliaient ; on s'impatientait. Il était près de 2 heures. Tout à coup, dans une manœuvre destinée à relever le ballon qui se gonflait, la force ascensionnelle l'entraine subitement ; le filet ne se trouvant pas également maintenu, le ballon put en sortir et s'envola, seul, renversant une vingtaine de personnes. Heureusement, il n'était qu'à moitié gonflé, et le poids de la soupape le fit se mettre de côté, de sorte que, le gaz s'échappant, le ballon a dû retomber dans nos lignes du côté de Saint-Ouen ou de Saint-Denis. Du reste, il est naturel que La Liberté ne supporte pas d'être mise dans les filets. »
Le Gaulois


Paul Maincent précise dans la revue Icare No 57, page 109 :
«Dans l'après-midi, le Commandant du fort d'Aubervilliers télégraphiait : « Le ballon est tombé à 2 heures, à 5 000 ou 6 000 mètres du fort (entouré de 50 prussiens sur lesquels deux coups de canon ont étél tirés) et est resté entre leurs mains. » Les soldats de la Landwehr qui s'étaient emparés de l'enveloppe la mirent en pièce pour s'en confectionner des tentes.»
Documents
récupération des restes du ballon La Liberté transformé en tente par les Prussiens.
récupération des restes du ballon La Liberté transformé en tente par les Prussiens.
Wilfrid de Fonvielle
Wilfrid de Fonvielle


Rechercher     

Sources : 


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques