www.philatelistes.net - Luc-Olivier Merson : Le Loup de Gubbio
Philatéliste web
Acheter, vendre échanger des timbres de divers continant (Europe, Amérique, Afrique,Asie) le tout gratuitement sur le n°1 des sites d'échange entre particuliers gratuit

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Luc-Olivier Merson : Le Loup de Gubbio


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

Luc Olivier  Merson : Le Loup d'Agubbio, peint en 1877, exposé au Salon de 1878.

©RMN, R. G. Ojeda, 1997

Luc Olivier Merson : Le Loup d'Agubbio, peint en 1877, exposé au Salon de 1878.
Tableau dédicacé à son ami Adolphe Giraldon
Musée des Beaux-Arts de lille.

Un loup féroce ravageait les environs de Gubbio en Italie, Saint François d'Assise alla le trouver et lui fit promettre de ne plus nuire aux habitants de la ville qui subviendraient à sa nourriture.
saint françois d'Assise
Saint François d'Assise


Critique d'Adolphe Giraldon

"Nous sommes au coeur de la petite ville de dont les rues dévalent vers la campagne.
  Le sol est couvert de neige, de cette neige italienne qui semble ne tomber qu'à regret et ne demander qu'à fondre sous la caresse d'un soleil toujours proche. L'eau de la fontaine est gelée. Sous la lumière voilée de ce jour d'hiver, le loup nimbé d'or, vient quêter sa provende que lui offre le boucher généreux, tandis qu'une gracieuse femme, drapée de son manteau contemple, avec une quiétude mêlée de respect et d'attendrissement, l'animal miraculeux que son enfant caresse avec confiance.
  Un souffle d'amour et de douceur passe dans cette scène comme l'âme même du Saint d'Assise.
  Les détails véridiques abondent et sont traités avec goût."



LE MAGASIN PITTORESQUE (Pages 316-318)

(Publié sous la direction de M. Edouard Charton, Année 46, 1878)

COMMENT SAINT FRANÇOIS
CONVERTIT LE LOUP TRÈS-FÉROCE DE GUBBIO


Extrait du charmant livre du quinzième siècle : Fioretti di San Francesco.
Nous avions déjà fait connaître ce petit récit dans notre volume de 1885 ; à l'occasion du tableau de M. Merson nous ne pouvons que le reproduire.

Tandis que saint François était dans la ville de Gubbio, un loup très-grand, très-terrible et très-féroce, parut dans les environs. Il ne mangeait pas seulement les animaux, mais aussi les hommes; et comme il s'approchait fort de la ville, les habitants n'osaient plus sortir qu'en armes et comme s'ils allaient au combat. Même, tout armé qu'on fût, on avait bien de la peine à s'en débarrasser quand on se trouvait seul sur son chemin.

Loup de Gubbio par Olivier Merson

Saint François d'Assise et le loup de Gubbio, peinture par Luc-Olivier Merson. - Dessin d'Olivier Merson


Aussi bientôt personne n'osa plus quitter tant soit peu les murs de la ville. Saint François avait grande compassion de tout cela. Il se résolut donc à aller au-devant du loup, malgré les conseils des habitants ; et, faisant le signe de la croix, il mit toute sa confiance en Dieu, et sortit de la ville avec ses compagnons. Mais ceux-ci craignirent de trop avancer, et saint François arriva seul jusqu'à la retraite du loup. Le loup, voyant tout cela, en sortit à la course et la gueule grande ouverte. Alors saint François fit le signe de la croix, et l'appela en ces termes : "Viens ici, frère loup! Je t'ordonne, au nom du Christ, de en faire de mal ni à moi ni à personne." Chose prodigieuse! à peine saint François eut-il fait le signe de la croix, le loup furieux ferma la gueule, s'arrêta dans sa course, et vint avec la douceur d'un agneau se coucher aux pieds de saint François qui lui adressa ces paroles : "O loup! tu fais bien du mal en ce pays ; tes méfaits sont grands, et tu ôtes la vie aux créatures de Dieu, sans sa permission ; et non seulement tu as tué et mangé les animaux, mais tu as osé tuer les hommes faits à l'image de Dieu. C'est pourquoi tu mérites d'être pendu comme un voleur et homicide très-cruel. On crie, on se plaint de toi ; toute cette ville est ton ennemie. Mais j'ai résolu, ô loup, de faire un traité entre eux et toi, de telle sorte que tu ne leur fasse plus de tort désormais, et qu'à leur tour ils te pardonnent les torts passés et cessent, eux et leurs chiens, de te persécuter." En entendant ces paroles, le loup remua sa queue, ses yeux, son corps, et incilna la tête de façon à faire comprendre qu'il accédait à la proposition de saint François et voulait y rester fidèle. Alors saint François lui dit : "Puisque tu veux bien conclure ce traité, je te promets de te faire donner tout ce qui sera nécessaire à ta vie, tant que tu demeureras avec les gens de ce pays. Tu ne souffriras plus de la faim, car c'est la fin qui t'a rendu si coupable. Mais toi, puisque je t'obtiens cette faveur, je veux que tu me promettes de ne plus attaquer à l'avenir ni hommes ni bêtes... Me promets-tu ? ..." Et le loup inclina la tête pour montrer, par un signe bien manifeste, qu'il promettait. Alors saint François lui dit : " Loup, je t'ordonne, au nom de Jésus-Christ, de tenir sans retard et sans hésitation pour que notre traité soit conclu au nom de Dieu." Le loup obéissant se mit en route avec lui, et il était doux comme un agneau. A cette vue, les gens du pays s'émerveillèrent grandement, et la nouvelle s'étant répandue par la ville, hommes et femmes, grands et petits, jeunes et vieux, accoururent sur la place pour voir le loup avec saint François. Et, voyant le peuple assemblé, le saint monta sur un tertre pour le prêcher ... "Combien donc est à craindre, disait-il, la gueule de l'enfer, quand la gueule d'un pauvre animal fait trembler une grande multitude. Mes bons amis, convertissez-vous à Dieu, et faites pénitence de vos fautes ; et Dieu vous délivrera du loup dans le temps présent, et du feu de l'enfer dans le temps à venir."
Après avoir prêché, le saint ajouta : "Mes frères, écoutez! Le loup que vous voyez ici présent m'a promis, en me donnant un gage de sa foi, de conclure la paix avec vous et ne vous plus faire aucun tort. En retour, promettez de pourvoir chaque jour à ses besoins ; je me rends caution pour lui qu'il observera fidèlement le pacte de la paix." Le peuple s'écria d'une seule voix qu'il le nourrira jusqu'à la fin de sa vie. Alors saint François dit au loup, en présence de tout le peuple : "Et toi, loup, t'engages-tu à observer ton traité avec ceux-ci, de sorte que tu ne fasses tort ni aux hommes, ni aux bêtes, ni à aucune créature ? " A ces parole, le loup s'agenouilla, inclina la tête et remua la queue et les oreilles, et montra par tous les mouvements de son corps qu'il s'engageait à respecter le pacte de la paix . . . . . . . .
Le loup vécut deux années à Gubbio ; il entrait familièrement dans les maisons, de porte en porte, sans faire de mal à personne et sans qu'on lui en fit. Les gens du pays le nourrissaient gracieusement et les chiens le laissaient aller par la ville et par les maisons, sans jamais aboyer contre lui.
Au bout de deux ans, il mourut de vieillesse, et les habitants en eurent grand regret, car en le voyant ses promener, doux comme un agneau, dans la ville, ils comprenaient mieux la sainteté de François.


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques