www.philatelistes.net - La Gazette des Absents (numéro 5)
Site officiel du Groupement Philatélique France-Scandinavie
Site Officiel du Groupement Philatélique France-Scandinavie.
Toute la Philatélie Scandinave. Catalogue en ligne gratuit des timbres de scandinavie. Ventes à prix net. Echanges.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Actualité
Actualité

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

La Gazette des Absents (numéro 5)



garde mobile et l'armée de terre et de mer sont appelées à voter comme tous les autres citoyens. Le Vote de samedi. On votera samedi pour la nomination des maires et des adjoints. Cette élection ne ressemble en rien à la commune, dit le Journal officiel, elle en est la négation. Le Gouvernement persiste à se prononcer contre la constitution de la commune, qui ne peut que créer des conflits et des rivalités de pouvoirs. - Les Ballons. Le mauvais temps a rendu impossible pendant quelques jours le départ des ballons ; mais hier le Fulton est parti dans la direction du Mans. Il était chargé de 250 kilos de dépêches, et emportait M. Sézanne, ingénieur, envoyé auprès du Gouvernement de Tours. On a annoncé pour aujourd'hui le départ du Galilée. - Les Fausses Nouvelles. Tous les moyens sont bons aux ennemis de la paix publique. Hier soir plusieurs journaux avaient reçu, et inséré de bonne foi, une dépêche annonçant une victoire du général Cambriels dans les Vosges. Malheureusement, le Gouvernement n'avait aucune nouvelle de ce genre : il n'y avait là qu'une manoeuvre compliquée de faux, et destinée à devenir après le vote, le texte dune accusation calomnieuse contre le pouvoir. Les auteurs de l'attentat du 31 octobre avaient dérobé les formules imprimées, les minutes et les cachets du Gouvernement, et c'est ainsi que les inventeurs de cet audacieux mensonge avaient pu lui donner l'apparence d'une nouvelle officielle.

ACTES OFFICIELS. - Décrets : convoquant les électeurs de Paris et ceux des communes réfugiées à Paris pour voter le jeudi 3 novembre sur la question suivante : La population de Paris maintient-elle oui ou non, les pouvoirs du Gouvernement de la défense nationale ; et convoquant aussi les électeurs seuls de Paris pour procéder le samedi 5 à l'élection d'un maire et de trois adjoints dans chaque arrondissement ; - déclarant que tout bataillon de la garde nationale qui sortira en arme et sans convocation régulière sera dissous et désarmé, et que tout chef de bataillon qui aura convoqué son bataillon sans ordre régulier pourra être traduit devant un conseil de guerre ; - révoquant neuf chefs de bataillon de la garde nationale, parmi lesquels M. Flourens ; - nommant le général Clément Thomas adjudant général commandant en second des gardes nationales de la Seine.

INFORMATIONS. - Le Siège. Pas de faits militaires ces deux jours-ci ; on pense toujours que l'idée du bombardement pourrait bien être abandonnée. Il parait certain que les Prussiens n'ont encore installé aucun gros canon autour de Paris. - L'aspect de Paris. La journée d'hier a été des plus tranquilles, Paris sentait qu'il avait échappé à un grand danger, et paraissait presque joyeux. Les promeneurs n'avaient pas été comme d'ordinaire aux fortifications, et depuis longtemps on ne les avait pas vu aussi nombreux dans les rues.

Pas de rapport militaire.

VENDREDI, 4 novembre 1870. - RAPPORT MILITAIRE : 3 novembre, matin. - Depuis trois jours, il ne s'est produit d'offensive accusée ni de notre part, ni de celle de l'ennemi, qui semble seulement poursuivre ses travaux de terrassement à Châtillon et à Montretout. Sur ces deux points, le Mont-Valérien, le 6e secteur, les forts de Vanves et d'Issy, ont, par un feu bien dirigé, forcé à plusieurs reprises ses
  travaileurs à se replier. Le général Berthaut, commandant de Saint-Denis, ayant appris que des mouvements de troupes prussiennes étaient signalés en avant de ses lignes, a fait tirer les forts de l'Est et d'Aubervilliers. Les forts de Romainville et de Noisy ont également, par leur tir à grande distance, pu atteindre efficacement l'ennemi entre Drancy et Blanc-Mesnil.

ACTES OFFICIELS. Décret nommant le général Clément Thomas commandant supérieur de la garde nationale, en remplacement du général Tamisier, démissionnaire. - Proclamations du Gouvernement et de Ministre de l'intérieur, féléicitant la population de la tranquillité qui a présidé au vote, et la remerciant de l'éclatante majorité qui vient de sortir de l'urne électorale. Le Gouvernement appuyé sur la confiance de la population, n'en aura que plus de force pour poursuivre le double but qu'il s'est toujours proposé : le maintien de l'ordre et l'organisation de la défense nationale.

LE VOTE du 3 novembre 1870. - La journée du 3 novembre aura été de tous points la contre-partie de celle du 31 octobre. Au lieu de la pluie battante, un soleil radieux ; radieux aussi les visages, mornes et abbatus il y a trois jours. Au lieu de trouble dans l'air comme un courant de quiétude. On se rend au vote avec un enthousiame calme et confiant. Dans certaines sections, on voudrait voter oui à bulletins ouverts. A minuit on connait en partie le résultat du vote ; on sait que les oui sont au moins avec les non dans la proportion de dix contre un. De nombreux bataillons de gardes nationales viennent défiler dans l'hôtel du gouverneur pour acclamer le triomphe du Gouvernement. - Résultats connus le vendredi 4, à midi : 321,373 oui, 53,585 non.

Il n'y a pas à se méprendre sur le sens du vote. Comme le dit fort bien le Journal de Paris, «Paris ne veut pas devenir un faubourg de Belleville ; Pris ne veut pas remettre ses destinées aux mains des auteurs de la folle et coupable équipée du 31 octobre ; Paris ne veut pas effrayer la province, irriter la garde mobile et l'armée, désorganiser le défense nationale et ouvrir ses portes aux Prussiens.» - Le vote de Paris a encore un autre sens : émis le surlendemain du jour où la question d'armistice mal comprise avait produit une si dangereuse agitation, il signifie que Paris a l'intelligence de la situation, et qu'il admet l'armistice. Rejeter la médiation des puissances neutres, ce serait ou nous exposer à épuiser inutilement nos ressources en attendant la province, qui n'est pas prête, ou nous mettre dans la nécessité de faire une sortie, infailliblement très meutrière, et dont le résultat, même victorieux, pourrait être annulé par l'absence d'une armée de secours. Le vote du 3 novembre veut donc dire armistice, et, s'il y a paix, paix honorable, parce que la nation française n'en acceptera jamais d'autre.

BOURSE. Derniers cours. 31 octobre : 3 p. 100. 51 ; emprunt, 52.25. - 2 novembre : 3 p. 100, 53 ; emprunt, 54. - 3 novembre : 3 p. 100, 54.70 ; emprunt, 55.50.


D. JOUAUST.    



imprimerie, rue Saint-Honoré, 338.
Dernières nouvelles - Les résultats que nous avons donné ci-dessus sont presque complets pour les votes civils. Les votes de l'armée et de la Mobile n'y sont pas compris, et nous ne les donnant pas, afin de ne pas livrer le chiffre de notre effectif. Nous pouvons seulement dire que les non n'y figurent que dans la proposrtion de 3 à 4 pour 100. - Le service de chemin de fer de Paris à Nogent-sur-Marne est rétabli à partir de demain.


ConsulterRetour au sommaire
ou consulter :

ConsulterRecto (version texte)
ConsulterRecto (250Ko, image)
Gazette des absents numéro 5


ConsulterVerso (450Ko, image)
Gazette des absents numéro 5


ConsulterCachet (60Ko)
Gazette des absents numéro 5



Un grand merci à Philippe ROBY (Philatélie72) collectionneur passionné pour nous avoir transmis les documents pour les numéros 2 à 10, 12 à 14, 18 à 21, 24, 26 à 28.
Ainsi qu'à Chantal S. pour le numéro 17.


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques