www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
L'art musical en philatélie
Ce site présente des timbres, oblitérations premier jour, maxicartes et autres documents philatéliques sur le thème de la musique classique.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


Timbres Magazine
juillet   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 191 - Juillet-Août 2017 ÉDITORIAL : C'était bien la peine d'émettre des timbres !
Travaillant sur le hors-série n°4, je recherche des anecdotes croustillantes pour égayer les pages de ce magazine. M'intéressant aux incidents de frontières, je suis tombé par le plus grand des hasards sur des événements touchant deux pays pas franchement réputés pour l'agressivité de leurs armées : la Suisse et le Liechtenstein. Pour bien connaître quelques militaires suisses, je n'ai pourtant jamais décelé chez eux ne serait-ce que le début d une velléité de belligérance. Quant au Liechtenstein, cela tombe bien, ce pays de près de 37 000 âmes et de 160 km2 ne possède pas d'armée. Une superficie somme toute assez réduite de la Principauté qui explique peut-être ce qui suit. Le premier incident de frontière a lieu le 5 décembre 1985. C'est un exercice de lance-roquettes qui met le feu aux poudres si l'on ose dire. Des tirs nourris de l'armée suisse provoquent malencontreusement un incendie à proximité de la place d'arme de St Luzisteig. Le vent violent propage les flammes jusqu'à une forêt voisine appartenant à la commune de Balzers située au Liechtenstein. Avec pas moins de 120 hectares de bois réduits en cendres, la Principauté demande à la Suisse quelques millions de francs à titre de dédommagement. Rien ne laissait supposer que quelques années plus tard, un événement allait fâcher à nouveau les deux voisins.
Un petit matin de 1992, c'est la petite commune de Triesenberg au Liechtenstein qui est réveillée par ce qui ressemble fortement à une invasion. Des militaires suisses arrivent en nombre, armés jusqu'aux dents et arborant de belles tenues de camouflage. Pourtant la presse de la veille ne faisait aucunement état de vives tensions entre les deux pays et à dire vrai, il ne semblait pas qu'il y avait le feu au lac, pas plus que dans la forêt. Alors que nos amis suisses installent avec détermination et énergie un poste d'observation, un policier de la bourgade incrédule leur demande ce qu'ils fabriquent. La réponse délivrée sur un ton martial ne se fait pas attendre: "Nous sommes en manœuvres usuelles". Le policier repart calmement chez lui afin de chercher une carte et leur montrer que Triesenberg est situé au Liechtenstein et non en Suisse. Après avoir témoigné d'un embarras certain, les "envahisseurs" rentrent au pays. Nul doute que le militaire helvétique qui était fâché avec la géographie ou avait trop abusé de l'absinthe a dû en prendre pour son grade. A sa décharge, la première distillerie en Suisse a été créée dans le Val-de-Travers. Un nom de circonstance et à tout le moins prédestiné pour tous ceux qui apprécient les courbes et les errements dans les bois. Car c'est ce qui va à nouveau survenir en 2007.
Ce ne sont pas moins de 170 soldats suisses armés qui franchissent la frontière avec le Liechtenstein lors d'une marche de nuit. Le commandant fautif évoquera les mauvaises conditions climatiques tandis qu'un homme du rang volera à son secours en déclarant à la presse: "Il faisait tellement sombre à ce moment-là". Les mauvaises langues racontent que lors de ce moment de tension extrême les autorités de la Principauté ont envisagé un instant d'offrir à l'armée suisse un GPS ou l'application Mappy.
Ces deux pays ont réalisé en 1995 une émission conjointe avec pour thème "Le voisinage" montrant un paysage alpin. Peut-être que son objet était de calmer les esprits passablement échauffés à Vaduz. Mais on peut s'interroger sur son efficacité puisque douze ans plus tard la Suisse récidivait. On tremble aujourd'hui à la simple idée que les Autorités de Berne ne décident cet été de manœuvres dans le Jura, prenant le risque de s'engager involontairement dans un conflit armé avec la France.
Ne vous inquiétez pas, devant travailler durant la période estivale, je serai en alerte et ne manquerai pas de vous informer des éventuels incidents de frontière dans le numéro daté septembre qui sera en librairie le jeudi 24 août. Je vous souhaite de belles vacances et j'espère que nos amis suisses ne m'en voudront pas de cet éditorial dont le seul objectif est de faire sourire. C'est promis, je leur raconterai bientôt une histoire de la mémé veine, cette fois avec l'armée française.
Boules de Moulins : navigation philétélique en eau douce
Pour ce numéro d'été, partons à la découverte de quelques fleuves et rivières liés à l'histoire postale. Vous en contemplerez peut-être certains sur la route de vos vacances comme la Seine ou la Charente. A l'instar de ses voisins, la France pays disposait au XIXe siècle d'un réseau de voies de communication terrestre bien structuré, limitant le recours à l'acheminement du courrier par voie fluviale. Comme nous le verrons, quelques marques postales témoignent toutefois d'un service spécifique. Mais avant de les évoquer, débutons notre croisière par les célèbres Boules de Moulins dont la valeur des plis n'est en rien subaquatique. Bon voyage au fil de l'eau et de la marcophilie.
Une visite de l'Atelier des timbres-poste pour remonter le temps
En cette période estivale, propice aux visites de musées, expositions ou lieux insolites, nous vous proposons de découvrir l'Atelier des Timbres-Poste (A.T.P.), non pas tel qu'on vous le montre à Périgueux de nos jours, mais tel qu'il était il y a plus de 100 ans! Pour ce faire, nous prenons comme base le corpus fourni par une série de photos réalisées lors d'un reportage datant de 1913. si L'idée est d'en tirer un fil narratif afin de raconter l'histoire et l'ambiance qui régnait dans les ateliers avec les techniques de l'époque. En quelque sorte nous allons effectuer un voyage dans le passé.
L'art du portrait : inspirations d'artistes de timbres
Bien que la conception de timbres-poste dépende d'un cahier des charges strict, certains sujets permettent aux artistes d'avoir beaucoup de souplesse et de liberté dans leurs créations. En effet, les paysages ou les événements historiques laissent plus de place à la créativité contrairement aux reproductions de tableaux de maîtres pour la série artistique, ou les effigies de personnages célèbres disparus. Dans ce dernier cas, le travail de l'artiste doit être le plus fidèle possible à 1'œuvre d'origine, portrait que lui impose l'administration des Postes ou le demandeur du timbre. Ce vaste panthéon d'hommes et de femmes ayant marqué l'histoire de France permet d'apprécier les différentes méthodes et les sources d'inspiration des dessinateurs, graveurs de timbres.
Quand la Poste officie sur le rail
Dans notre numéro de mai dernier, nous évoquions l'essor du chemin de fer français, qui a révolutionné le transport du courrier dans notre pays. De nombreux bureaux ambulants, embarqués à même les trains, sont alors apparus, avec des cachets spécifiques pour chaque ligne ferroviaire. Parallèlement à cela, la Poste profite de la multiplication des gares et du quadrillage du pays par les voies ferrées pour mettre en place des tournées de ramassage et de distribution du courrier en zone rurale. C'est ce que l'on nomme les courriers-convoyeurs. L'usage va perdurer plus d'un siècle, et donne naissance, au passage, au système des boîtes mobiles.
La maladie du sommeil
La maladie du sommeil ou trypanosomiase est causée par des trypanosomes, des protozoaires avec un flagelle Ils contaminent l'homme par un vecteur intermédiaire, la mouche tsé-tsé ou Glossina palpalis. Des timbres variés illustrent la lutte contre cette infection grave.
Le millésime 2016 des TAAF
Le cru 2016 des TAAF se compose de 21 timbres, 5 blocs renfermant 13 timbres et 1 enveloppe Pret-à-Poster. L'ensemble représente une valeur faciale de 37,87 euros, en diminution par rapport à 2015 (40,65 euros). Les figurines sont toujours très soignées et leur impression se partage entre taille-douce et offset. Revue de détail.
Philippe de Ferrari (1850-1917), un collectionneur méconnu
L'exposition organisée à Monaco du 9 novembre au 2 décembre 2017 permettra au visiteur d'approcher un ensemble significatif concernant la collection de Philippe de Ferrari, décédé y a un siècle, détenteur de la plus importante collection jamais réunie de raretés mondiales.
Les annulés, surchargés, fictifs, paraoblitérés... (II). Comment les collectionner ??
S'il est une collection riche en découvertes et passionnante par la diversité des pièces à rechercher tout au long de l'histoire du timbre, des classiques à nos jours, c'est bien celle des annulés. Après les cours d'instruction à l'usage des postiers, les fictifs pour essais d'atelier les entiers et prêts-à-poster, (TM n°190) place à de nouveaux arrivés dans cette interminable aventure philatélique...
Les préalables à l'émission des timbres fiscaux
Distinguer les essais fiscaux des variétés et des non émis repose sur quelques règles de bon sens qui méritent d'être connues des collectionneurs.
De Buenos-Ayres vers l'Europe
En Argentine la loi du 26 juin 1873, applicable le 1er juillet 1873, prescrivait aux expéditeurs de courrier vers l'étranger de déposer leurs lettres à la poste du pays, qui les remettrait aux agents postaux embarqués. C'est donc à partir de cette date que les affranchissements vers l'étranger, au départ de l'Argentine, et a fortiori de Buenos-Ayres, comportent un affranchissement mixte C'est-à-dire qu'en plus des timbres français l'expéditeur doit acquitter au départ en timbres argentins, une taxe locale de 5 centavos par port.
Les cartes sur timbres outils de propagande. Guatemala contre Belize
Nous avons déjà Évoqué la guerre du Chaco dans laquelle le Paraguay et la Bolivie se sont opposés à coups de cartes géographiques sur timbres-poste jusqu'à la guerre qui fit 150 000 victimes. Voici à présent l'exemple du conflit latent entre deux pays d'Amérique centrale : Guatemala et Belize.
Cartes postales : Debout les damnés de la terre
Le format réduit de la carte postale se prête mal à la reproduction des chansons et des partitions musicales. La carte-chanson n'en a pas moins été, durant un demi-siècle et dans sa diversité, l'un des thèmes cartophiles les plus répandus. Toutes les catégories y figurent Nous avons choisi l'une d'entre elles: La chanson sociale et révolutionnaire, très en vogue à cette époque avec, pour certaines d'entre elles, des messages violemment libertaire et anarchistes.
La chronique de Socrate : Le timbre, ce héros
C'est avec un réel plaisir teint d'une douce nostalgie que j'ai revu Charade à la télévision le 11 juin dernier. Sorti en 1963, réalisé par Stanley Donen, il ne peut laisser indifférents les philatélistes que nous sommes. Et dire que ce film a bien failli ne pas exister car le script ne suscita guère d'intérêt au point que sept studios ont refusé de le produire. C'est finalement Universal qui tente l'aventure après avoir constaté que Charade (en version roman-feuilleton) avait été plébiscité par le public. Stanley Donen n'est pas un réalisateur inconnu lui qui est en outre l'auteur de Chantons sous la pluie. Pour le film qui nous intéresse, Donen se livre à de nombreux clins d'œil à Hitchcock, tout particulièrement à Sueurs froides durant la bagarre sur le toit ou encore à Psychose pour le meurtre dans la salle de bains. De fortes allusions au maître de suspense au point que l'on dira que Charade est "le meilleur film de Hitchcock que Hitchcock n'a jamais tourné" !
Le film est servi par deux acteurs merveilleux : la belle Audrey Hepburn et Cary Grant, probablement l'un des acteurs plus séduisants de sa génération et habitué des films d'Hitchcock. Ce rôle, Grant n'en voulait pas, considérant que sa différence d'âge de trente ans avec Hepburn était trop importante. On finit opportunément par le convaincre. Charade connaît un grand succès et attire en salle près de deux millions de personnes en France. Combien de philatélistes parmi eux ? Un bon nombre fort probablement car de timbres, il en est question, ils sont même au cœur du dénouement de cette intrigue hier ficelée. Et c'est ainsi que l'on découvre le Carré Marigny à Paris noir de monde, faisons connaissance avec monsieur Félix (Paul Boniface qui a notamment joué dans Paris brûle-t-il ?), un négociant qui examine les trois timbres qui ont servi à recycler l'argent du butin. Stanley Donen n'est visiblement pas philatéliste et la description de nos timbres prête à sourire.
Monsieur Félix: « Celui-ci est un suédois de 4 schillings appelé Tjugufyra skillingen et imprimé en 1854 (...) ».
Notre ami Félix a probablement abusé du vin rouge avant de recevoir Audrey Hepburn car en réalité il s'agit non de schilling mais de skilling et le timbre a été émis en 1855. Tjugufyra signifie 24 et l'on voit un 4 skilling bleu recoloré en rouge à la mode Hollywood, couleur de l'authentique 24 qui cote 8500 euros.
Monsieur Félix en vient au second timbre : "Celui-là est le "Bleu hawaïen". En 1894, son propriétaire fut assassiné par un collectionneur rival qui voulait à tout prix l'avoir (...)" Le négociant ne se trompe pas lorsqu'il évoque le meurtre du propriétaire, un certain Gaston Leroux. Il fut assassiné à son domicile à Paris en juin 1892. Le crime demeurait pour la police une véritable énigme car sans mobile apparent. Pièces d'or, bijoux de valeur étaient curieusement restés au domicile de la victime. C'est alors qu'un détective, en feuilletant la collection de Leroux, remarqua l'absence du 2 cents (et non du « 3 » comme on va le voir). Après enquête, les soupçons tombèrent sur Giroux, un collectionneur bien connu. Le détective se fit passer pour un philatéliste averti afin de gagner sa confiance. Ils parlèrent des Missionnaires d'Hawaï et du 2 cents. Giroux, imprudent, ne put résister au plaisir de lui montrer. Arrêté, il passa aux aveux : il avait tué Gaston Leroux après son refus de lui vendre le timbre! Le 3 cents de Charade n'a jamais existé sauf dans l'imagination fertile du réalisateur ou de ses conseillers. Le 2 cents cote quant à lui un million d'euros aujourd'hui.
L'expertise de monsieur Félix - toujours très ému par la belle Audrey - s'achève par de nouvelles erreurs : "Le troisième est le timbre le plus cher du monde. On l'appelle La Gazette moldave. Il a été imprimé a la main sur du papier de couleur et frappé des initiales de l'impnmeur (...)".
Tout est faux sauf le mode d'impression. Pour mémoire le timbre le plus cher du monde est le One cent magenta. S'agissant de la première impression moldave, elle est dénommée « Tête de bœuf », la « Gazette » est quant à elle un petit format carré de la seconde série. Le 82 parales du film n'existe pas et le timbre de Roumanie bénéficiant de la plus forte cote en neuf est le 27 (50000 euros) Le 81 affiche pour sa part 45000 euros.
Qu'importe finalement ces erreurs, le film demeure une réussite et fleure bon les années 60, ou le timbre était un héros de cinéma incontesté. Si le cœur vous en dit, vous pouvez revoir Charade en intégralité sur YouTube. Belles vacances à vous chers amis.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
les autres titres


la presse philatélique française




Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques